top of page
  • Writer's pictureOlivier S.E. Courtois

Différences générationnelles? Ne tombons pas dans les stéréotypes!

Les différences générationnelles font l'objet de nombreuses publications et recherches. C'est presque devenu un business avec ses gourous, ses recherches et ses publications. Et il est difficile de suivre le rythme. À moins d'être un expert en RH, il n'est pas facile de distinguer la génération silencieuse, supposée traditionnelle et stable, les baby-boomers collaboratifs mais réfractaires au changement, la génération Z indépendante mais morose, les Millennials motivés mais exigeants, la génération Z progressiste mais déloyale, ou encore les Alphas.


Ces catégories ont le mérite de nous faire réfléchir sur la meilleure façon de s'aborder, mais comme toute catégorisation, elles peuvent encourager les stéréotypes. Tout comme les différences de genre ou de culture. Il est également difficile de faire la distinction entre les caractéristiques potentiellement spécifiques à une génération, et les caractéristiques d'une catégorie d'âge sans considération de génération. En d'autres termes, étais-je différent à 25 ans que ma fille ne l'est aujourd'hui ? Il existe également de fortes différences personnelles entre les personnes d'une même génération, et dire que la génération XYZ est plus comme ci ou comme ça n'a pas beaucoup de sens en soi !


Faut-il donc faire abstraction de ces catégorisations ?


A mon avis, elles sont utiles car elles nous incitent à développer notre intelligence émotionnelle. Qu'ils portent sur les générations, le genre ou la culture, il est important d'éviter les stéréotypes. Chacun a son histoire, ses valeurs et ses croyances. Nous devons donc être attentifs à comprendre qui est l'individu en face de nous.


Sur un plan collectif, il peut être utile de s'intéresser au contexte dans lequel ont vécu les jeunes (ou les moins jeunes) que nous côtoyons. Quand on est né dans un environnement serein, on ne cherche pas la même chose que quand on a vécu dans un environnement précaire. Quand tout est instable autour de soi, on développe son agilité. Quand l'information circule à grande vitesse grâce à la technologie, on s'attend à obtenir des données en un clic. À cet égard, la catégorisation générationnelle peut aider à mieux comprendre certains réflexes générationnels conditionnés par des circonstances sociétales spécifiques. Mais rien de plus. Les différences attribuées aux générations sont souvent circonstancielles.


Il est également important de rappeler que face aux mêmes événements, chaque personne réagit à sa manière. Par exemple, en tant que baby-boomer tardif/Génération X des premières années, j'ai toujours été très optimiste et avide de changement, des caractéristiques qui ne sont pas nécessairement attribuées à ma génération.


Considérons donc toutes ces catégories comme une incitation à réfléchir et à appréhender la "diversité". Servons-nous de notre intelligence émotionnelle, mais ne prenons pas de raccourcis faciles et stéréotypés. La qualité de nos décisions en matière de leadership et de gestion des talents en dépend.


Pour bien vivre ensemble, essayons de créer la sécurité psychologique nécessaire pour que chacun puisse contribuer au maximum de son potentiel.

Comentarios


bottom of page