top of page
  • Writer's pictureOlivier SE Courtois

Cinq leçons que j'ai tirées de mon immobilisation après mon accident

Début janvier, je me suis cassé la cheville et le pouce en me rendant à l'aéroport. Comme je l'ai mentionné dans un article précédent, j'ai été immobilisé avec deux plâtres, puis j'ai subi une intervention chirurgicale. Six semaines plus tard, j'ai pu retirer les plâtres. Je ne peux toujours pas marcher. Dans deux semaines, je devrais progressivement pouvoir poser mon pied au sol avec l'aide de béquilles. Cet épisode m'a permis de méditer sur le concept de résilience, et voici quelques leçons précieuses que je retiendrai au-delà de la guérison physique.


1 - Acceptation et changement de paradigme : il ne sert à rien de lutter contre la situation. Accepter l'accident comme un message divin ou, du moins, comme une opportunité permet de mettre en place des mécanismes constructifs plutôt que défensifs et de lâcher prise. Ce changement de paradigme permet d'aborder le problème comme un jeu et un défi. Il apporte de nouvelles idées et perspectives.


2 - Adaptabilité et stratégies alternatives : l'immobilité affecte tous les aspects de la vie quotidienne, tant privée que professionnelle. Elle nécessite un changement radical de mode de vie. Au début, tout semble insurmontable. Puis, cela devient plus facile. On trouve des ressources insoupçonnées et des stratégies alternatives pour faire face à presque toutes les situations, même les plus banales : se raser, monter les escaliers, porter des objets avec deux béquilles et une attelle à la main, compenser l'absence d'un client, etc.


3 - Patience et persévérance : les horizons temporels changent radicalement, mais la détermination demeure. L'immobilisation m'a obligé à revoir mes projets et mes priorités et à les inscrire dans une dimension plus lointaine. Les urgences ne sont plus urgentes. C'est l'occasion de cultiver un paradoxe : comment rester concentré sur des objectifs ambitieux tout en relâchant la pression sur les délais. On se rend compte que trop de pression sur les délais crée l'inverse de l'effet recherché.


4 - Gratitude et humilité : dans de telles situations, vous réalisez que l'indépendance n'existe pas ; nous sommes tous interdépendants. Cela ne dispense pas de tout mettre en oeuvre pour éviter la dépendance, mais l'"indépendance" n'est possible que grâce à la collaboration d'autres personnes : ma conjointe, un voisin, des parents, des collègues. On apprend donc à apprécier ce et ceux que l'on considère comme acquis et on développe le muscle de la collaboration. On est aussi plus disponible pour aider les autres avec les moyens dont on dispose.


5 - Fixer des objectifs : Je dois toute mon énergie positive à ma capacité à me fixer des objectifs professionnels et personnels. Cet horizon de possibilités déclenche en moi un processus de quête. Tout est prétexte à me préparer à l'étape suivante : le prochain trimestre, l'année en cours, les trois prochaines années, etc. Bien sûr, le futur n'arrive jamais. Mais le plaisir est dans la préparation, le jeu, la conquête autant que dans la victoire !


Merci à la vie, et merci pour votre lecture! 


Comments


bottom of page